Dans Kiné la Revue, Jean Louis Estrade a rédigé un article fort intéressant sur la mobilisation spécifique en thérapie manuelle dans le cadre de lombalgie, voici quelques conclusions à retenir.

1 – Déterminer à la palpation le segment lombal le moins mobile, ou le segment douloureux est d’une bonne fiabilité inter examinateurs.

2- Déterminer le segment le plus mobile est d’une faible fiabilité inter examinateurs

3- L’appréciation clinique du segment le moins mobile ne correspond pas à la mesure obtenue en IRM

4- La mobilité segmentaire n’est corrélée à la douleur segmentaire

5- Les lombalgiques présentent des segments hypermobiles, comparativement à des sujets sains similaires

6- Une seule séance de mobilisation antéro-postérieure peut suffire pour apporter une antalgie cliniquement significative.

7- La prise en charge doit se faire dans les deux mois après la survenue de la pathologie

Ces quelques conclusions sont très intéressantes et valident l’enseignement proposé au sein de l’ITMP ;
– La palpation permet de déterminer les zones de raideurs
– La raideur est parfois en regard de la douleur, parfois en regard de l’hypermobilité
– Les hypermobilités sont à l’origine de douleur et compensent les zones de raideurs
– Il faut traiter les raideurs en priorité, la mobilisation spécifique permet d’améliorer la douleur en une seule séance.