Archives

Category : Actualité

Classification clinique des douleurs lombaires : les meilleures règles diagnostiques basées sur une revue systématique.

Clinical classification in low back pain: best evidence diagnostic rules based on systematic reviews.

Petersen T, Laslett M, Juhl C. ; BMC Musculoskelet Disord. 2017 May 12;18(1):188. doi: 10.1186/s12891-017-1549-6

Texte

L’établissement d’un diagnostic, l’émission d’un pronostic et la réalisation d’un traitement adaptées aux douleurs lombaires font l’objet de nombreuses recherches depuis ces dernières années.

Le diagnostic fondé sur les structures anatomiques lésées a beaucoup été utilisé.

Ainsi, en médecine, une kyrielle de pathologies ont été identifiées bien avant que des traitements efficaces ne soient élaborés. Subséquemment s’est développé le défi permanent de développer de nouvelles connaissances diagnostiques sur lesquelles s’appuyer.

L’histoire de la maladie et l’examen clinique peuvent aider le clinicien à identifier la structure à l’origine de la symptomatologie douloureuse, souvent méconnue par les patients qui se font fréquemment des idées erronées de leur pathologie, particulièrement quand elle s’exprime au niveau de la région lombaire. Des explications claires sur l’étiologie de leur douleur permettraient d’améliorer les résultats des traitements dont ils bénéficient et une explication basée sur la preuve réduirait la confusion et le conflit cognitif du patient, conforterait la crédibilité du praticien et permettrait un meilleur pronostic des bénéfices escomptés par le traitement.

Une classification diagnostique basée sur la preuve permet de déterminer les patients potentiels pour lesquelles un traitement serait efficace, de réduire les examens complémentaires qui peuvent rapidement devenir coûteux et invasifs et de ne pas induire en erreur le patient. Il est donc important de connaitre la fiabilité de ces tests cliniques.

L’objectif de cette revue de littérature est ainsi d’évaluer la validité de l’examen clinique permettant le diagnostic sans avoir recours aux examens complémentaires. Pour cela les auteurs ont identifié des causes possibles de ces douleurs lombaires : les disques intervertébraux, l’articulation sacro-iliaque, les facettes articulaires, les os, les racines nerveuses, les muscles, le tissu nerveux périphérique et la sensibilisation centrale.

Les auteurs utilisent le terme de Règle de diagnostic clinique (Clinical Diagnostic Rules (CDR)) pour déterminer la fiabilité de l’examen clinique pour ces différentes causes.

Liens

Cet article permet de déterminer les éléments diagnostics pertinents relatives aux douleurs lombaires.

Positionnement

Il ressort de cette analyse de la littérature des règles diagnostiques basées sur les preuves relatives aux douleurs lombaires. Ces règles sont valables pour les étiologies centrées sur les structures anatomiques suivantes : disque intervertébral, articulation sacro-iliaque, hernie discale avec atteinte nerveuse, canal lombaire étroit et spondylolistésis.

Il est à noter que la plupart de ces tests sont déjà utilisés dans l’enseignement de la thérapie manuelle au sein d’ITMP.

La formation Pratique à l’utilisation des ventouses

Qu’est-ce que l’utilisation des ventouses ?

Issue de la médecine traditionnelle chinoise (MTC), la méthode consiste en l’application de « ventouses » sur les secteurs douloureux (muscles ou tendons). Le praticien s’appuie sur les caractéristiques fonctionnelles de la peau (perméabilité et porosité) pour améliorer l’élimination des toxines. Le procédé, en phase avec l’approche médicale chinoise, stimule également les points réflexes des méridiens pour améliorer le traitement de la douleur.

La méthode des ventouses ne nécessite que très peu de matériel. Le praticien se procure des ventouses en verre dans les magasins spécialisés. Les autres ustensiles sont une compresse en coton maintenue au bout d’un morceau de bois vernis, de l’alcool à bruler, un briquet et une huile de massage.

La technique s’opère traditionnellement « à chaud », même s’il existe également des ventouses « à froid », ne nécessitant pas l’emploi d’une flamme, réservées pour les massages notamment sur le dos et les grandes surfaces du corps.

Objectifs de la formation

  • Ouvrir son champ thérapeutique

  • Acquérir de nouvelles compétences

  • Proposer une alternative de soin à certaines pathologies

  • Répondre à un besoin plus grand des patients

  • Améliorer la prise en charge de certaines pathologies

Programme de la formation

  • Histoire des ventouses à travers les siècles

  • Les principes de base de la médecine traditionnelle chinoise

  • Bénéfices du traitement par ventouses

  • Les 14 méridiens principaux

  • La pose de ventouses

  • Description des différents modelés de ventouse

  • Préparation au traitement

  • Méthode de pose

  • Contre-indications

  • Cas pratiques

Formation réalisée en collaboration avec le CNFK et Frédéric ZENOUDA
7 heures de formation – 250€
Samedi 17 juin 2017

Inscrivez-vous dès maintenant

ITMP – CFCK Alger : Thérapie manuelle à Alger, le rendez vous est pris!!

ITMP est très fier de pouvoir vous annoncer officiellement un partenariat avec le CFCK Alger.

Dès l’été 2017 le cursus de thérapie manuelle développé par ITMP sera enseigné aux kinésithérapeutes algériens grâce à un partenariat avec le CFCK.
Notre collaboration a débuté par le 1er Congrès International de Kinésithérapie en Algérie organisé à Sétif par Yacine Meddour et toute son équipe. C’est avec un immense plaisir que nous avons représenté la kinésithérapie française et développé des partenariats avec plusieurs pays du bassin méditerranéens.

L’impact de la kinésithérapie en recours précoce aux urgences sur les douleurs rachidiennes d’origine non traumatique.

Texte

Les urgences de l’hôpital général de Singapour reçoivent de nombreux patients, qui sont triés à leur arrivée selon la gravité des signes présentés.

Les patients avec des douleurs rachidiennes, qu’elles soient lombaires ou cervicales, sont évalués, puis traitées par les équipes médicales de permanence. En fonction des symptômes, certains peuvent être hospitalisés, alors que les autres sont renvoyés chez eux avec des prescriptions de médicaments et de soins kinésithérapiques.

La prise en charge précoce par le masseur-kinésithérapeute a fait l’objet d’essais au sein de nombreux systèmes de santé, mais le bénéfice spécifique engendré n’a jamais pu être validé.

Ainsi, l’objectif de cette étude, rétrospective observationnelle des données entre 2 groupes de patients, dont le premier reçoit le traitement standard et le second une prise en charge kinésithérapique précoce, est l’évaluation du bénéfice d’une prise en charge à caractère précoce.

A cette fin, les mesures sur la douleur et le niveau d’incapacité des patients, ont été établies à partir d’échelles validées, telles le Neck Disability Index pour le rachis cervical et le questionnaire modifié Oswestry pour les douleurs lombaires.

Au total, 125 patients ont été inclus, dont 62 patients qui ont bénéficié de la prise en charge précoce (séance programmé le jour même de la consultation -+4jours) et 63 qui ont eu le traitement standard (attente moyenne de 34 jours -+22jours).

Les auteurs mettent en évidence, à 34 jours de la consultation, une douleur et une incapacité significativement inférieure pour les patients ayant bénéficié d’une prise en charge kinésithérapique précoce.

Les kinésithérapeutes ont des connaissances et des techniques spécifiques pour le traitement de ces pathologies. Pour les auteurs, la présence de kinésithérapeutes dans les services d’urgence permettrait de libérer du temps médical, de diminuer le temps d’attente des patients et subséquemment, d’améliorer la satisfaction de ceux-ci. De plus, il semblerait que l’intervention précoce faciliterait la guérison et préviendrait les complications.

Une autre étude sur le sujet suggère que la présence de kinésithérapeutes permet de mieux cibler la douleur, de réduire l’utilisation des antalgiques, le nombre de patients hospitalises, ainsi que la prescription d’examens complémentaires

Liens

L’évaluation et le traitement précoce du patient par un masseur-kinésithérapeute bénéficie d’un rapport coût/bénéfice favorable.

Positionnement

Bien que cette étude soit rétrospective et reste taisante sur de nombreux points, elle permet de mettre en lumière notre rôle spécifique dans la prise en charge précoce des patients douloureux.

Les bénéfices escomptés pour le patient, selon cette étude, permettent de poser la question de la légitimité de la présence d’un kinésithérapeute dans un service d’urgence. Forts de cette base de discussion, il est grand temps d’oeuvrer pour l’accès direct des patients aux soins kinésithérapiques, principalement pour ceux présentant une douleur rachidienne sans traumatisme.

Participez à l’Open de France de Tennis

Quelle meilleure opportunité pour un passionné de Sport que de venir soutenir et accompagner les meilleurs athlètes de tennis fauteuil !

Vous ne connaissez pas ?? L’Open de France édition 2017 est ce qu’il y a de meilleur dans le domaine.

Dans le magnifique cadre du tennis club de Sceaux à côté de Paris, autour du médecin et du kiné de la Fédération Française de Tennis Fauteuil, une équipe de kinés vous accompagne tout au long des 5 jours de compétitions pour être au plus près des athlètes.

De la biomécanique aux pathologies les plus fréquemment rencontrées en passant par les solutions manuelles et physiothérapiques proposées, vous aurez la possibilité de prendre en soin les athlètes dans l’un des 4 boxes et d’utiliser ou découvrir la Tcare-thérapie.

Trois possibilités d’intervention ;
Formation 2 jours
Conférence jeudi 22 juin
Stage pratique

Résultats du bilan du rachis et de la hanche chez les patients lombalgiques, présentant ou non des douleurs des membres inférieurs.

Hip and Lumbar Spine Physical Examination Findings in People Presenting With Low Back Pain, With or Without Lower Extremity Pain.

Prather H, Cheng A, Steger-May K, Maheshwari V, Van Dillen L; J Orthop Sports Phys Ther. 2017 Mar;47(3):163-172. doi: 10.2519/jospt.2017.6567. Epub 2017 Feb 3

 

Texte

L’étiologie de la lombalgie est souvent indéterminée et l’imagerie ne permet pas de préciser avec certitude l’origine de celle-ci, considérant qu’il existe des patients asymptomatiques dont les bilans radiologiques sont positifs et des patients symptomatiques dont les bilans d’imagerie sont négatifs.

Des modèles thérapeutiques basés sur la réponse symptomatique des patients ont permis de traiter efficacement certains patients. Cependant, d’autres n’ont aucunement été soulagés et, par conséquent, la question de l’évaluation du patient se pose.

De façon fort probable, dans ces cas, le rachis lombaire n’est pas le siège unique de genèse du symptôme douloureux. Ainsi, à titre d’exemple, la douleur de hanche peut avoir une douzaine de projections, qui peuvent être soit locales soit loco-régionales, parfois à distance ,et ainsi se chevaucher avec la distribution des douleurs lombaires. Par conséquent, ce chevauchement peut être à l’origine de difficultés diagnostiques.

Les auteurs évoquent un syndrome hanche-rachis, mis en exergue dans la littérature médicale, où est fréquemment décrit une amélioration ou une dégradation de la douleur lombaire après arthroplastie de hanche.

L’objet de cette étude observationnelle sur cent-un patients, est de collecter des données sur l’examen de la hanche des patients venant consulter pour lombalgie, puis de comparer la douleur et les capacités fonctionnelles des patients ayant une évaluation positive de la hanche.

Les auteurs utilisent différentes échelles pour classer les patients et un spécialiste du diagnostic (physiatre) réalise un examen clinique complet, décrit dans l’article.

L’étude retrouve une diminution significative de l’amplitude en flexion (81 patients) et en rotation médiale (76 patients) de la hanche, entre les hommes et les femmes. Seulement vingt-et-un des patients n’ont aucun test de conflit positif : soixante-quatre pourcent des patients présentent un test d’impaction antérieur positif, cinquante-neuf pourcent un test de FABER positif et trente-trois pourcent un log roll positif.

Cette étude semble étayer la thèse selon laquelle la limitation de la mobilité de la hanche et la positivité à un des tests de conflit de hanche prédisposent à la survenue et/ou à la majoration de douleurs lombaires. Les données semblent indiquer qu’il serait intéressant d’évaluer systématiquement la hanche des patients lombalgiques, afin de poser, voire simplement d’affiner le diagnostic.

Liens

La lombalgie peut avoir une cause locale, loco-régionale ou à distance et, aux fins d’efficacité, il apparaît bien nécessaire d’élargir son bilan au complexe lombo-pelvi-fémorale. Ainsi, le traitement de la hanche peut n’être parfois qu’un simple complément de l’abord classique ; il peut constituer dans de nombreux cas la clé-de-voûte de la prise en charge du patient lombalgique.

Positionnement

La prise en charge des patients lombalgiques est complexe et nécessite un investissement important de la part des thérapeutes. Ce syndrome, mal connu, est fréquent. Il confirme la nécessité de ne pas se cantonner à l’examen clinique de la zone douloureuse et de réaliser systématiquement un bilan complet, propre à établir un diagnostic précis, qui doit être à l’origine d’un traitement efficace du trouble réel présenté par notre patient. Aujourd’hui, il est grand temps de s’approprier cet automatisme de réflexion « local / loco-régional /à distance ».

L’odyssée de la morphologie sagittale du bassin pendant l’évolution : perspective à partir de différents hominidés

The odyssey of sagittal pelvic morphology during human evolution: a perspective on different hominoidae.

 Griefahn A, Schlösser TP, Janssen MM, Hogervorst T, Vrtovec T, de Vos J, Öner FC, Castelein RM; Spine J. 2017 Mar 22. pii: S1529-9430(17)30111-0. doi: 10.1016/j.spinee.2017.03.016.

Texte

L’être humain est la seule espèce a pouvoir maintenir la déambulation et la station debout simultanément et concomitamment à étendre le genou et les hanches tout en mettant son centre de gravité au-dessus du bassin.

Duval Beaupère a établi une relation entre la forme du bassin et l’équilibre sagittal général par l’introduction de l’incidence pelvienne, définie par l’angle formé par la base du sacrum et le plan horizontal. Les auteurs ont pour objectif de mettre en perspective l’évolution de cet alignement au travers de la phylogenèse des hominidés.

Ils ont ainsi mesuré l’incidence pelvienne et l’angle ischio-iliaque qui, augmentent significativement avec l’évolution des réserves liées au faible nombre de spécimens disponibles sont émisent.

Cependant, il semble possible d’établir une corrélation entre l’évolution de la marche et l’augmentation de ces angles. Cette tendance a été retrouvée également lors la croissance humaine.

Les études ont montré une corrélation importante entre le bassin et la configuration sagittale de la colonne. Les modifications des angles retrouvés ont été nécessaires pour permettre une statique rachidienne. Or, le maintien de du centre de gravité par rapport aux têtes fémorales joue un rôle primordial dans l’étiologie des pathologies rachidiennes.

Liens

Cet article permet de mettre en lumière l’importance des angles pelviens, ainsi que le rôle essentiel de  leurs modifications dans la survenue des pathologies rachidiennes.

Positionnement

Les travaux du Dr Duval-Beaupère ont permis d’établir une série de critères essentiels à la notion d’équilibre sagittal économique du bassin. Ces angles sont liés à l’évolution et leur perturbation peut être source de troubles rachidiens. Ainsi, on peut comprendre pourquoi au sein de l’ITMP, nous attachons une grande importante à ces notions. Pour pouvoir traiter efficacement nos patients, l’analyse clinique doit indéniablement s’appuyer sur des connaissances biomécaniques solides.

 

Retrouvez plus d’articles sur www.ceerrf.fr www.reflexergo.fr

Conférence sur le rachis lombaire – Sténose du Canal Lombaire

DESCRIPTION

Les conférences organisées par Folloow Health arrive sur Rennes avec une soirée dédiée à la kinésithérapie et chirurgie. Un moment d’échange, d’apprentissage et de partage autour d’un buffet!

Intervenants :

Xavier Dufour (kinésithérapeute)

Dr Sylma DIABIRA (chirurgien)

Dr Philippe Bacon (chirurgien)

Modérateur : Pierre Perdriat (kinésithérapeute)

Programme :

1) Introduction

2) Comment se développe une sténose dégénérative du canal rachidien lombaire ?

3 )Comment diagnostiquer une sténose dégénérative ?

4) Les pièges diagnostiques devant une présentation clinique de sténose du canal lombaire

5) Comment lire les imageries dans une sténose du canal lombaire ?

6) Présentation clinique

7) Imagerie de la sténose du canal lombaire

8) Quels traitements proposer devant une sténose dégénérative du canal lombaire ?

PAUSE

9) Quelles chirurgies proposer devant une sténose du canal lombaire si échec du traitement conservateur ?

10) Rôle de la kinésithérapie en post opératoire

11) Conclusion et messages à emporter

Avec l’Institut thérapie manuel de Paris et le centre de chirurgie de la colonne vertébrale et l’institut locomoteur de l’ouest.

Question ? 07 82 95 12 15 (Matthieu Kerbellec)

Inscriptions.

 

 

Comparaison du « start back » et du questionnaire court de Örebro pour les patients avec des douleurs lombaires et cervicales aiguës ou subaiguës.

Comparison of the Swedish STarT Back Screening Tool and the Short Form of the Örebro Musculoskeletal Pain Screening Questionnaire in patients with acute or subacute back and neck pain

Forsbrand M, Grahn B, Hill JC, Petersson IF, Sennehed CP, Stigmar K. BMC Musculoskelet Disord. 2017 Feb 21;18(1):89. doi: 10.1186/s12891-017-1449-9.

Texte

Les douleurs musculo-squelettiques constituent un problème de santé publique majeur. Très fréquentes au sein de nos sociétés, elles sont à l’origine de nombreuses incapacités pour les patients et représentent un coût important supporté par les organismes de Sécurité sociale. En Europe, les douleurs rachidiennes figurent parmi les 5 causes les plus importantes d’incapacité et les douleurs lombaires, associées à des douleurs scapulaires et cervicales, sont l’une des plus fréquentes raisons motivant un arrêt de travail de longue durée.

La plupart du temps, ces douleurs sont sans étiologie déterminée. L’histoire naturelle de la maladie conduit la plupart des patients vers la reprise du travail dans un délai d’un mois, néanmoins avec un risque important de rechute dans l’année.

La nécessité d’un traitement en adéquation avec les besoin du patient oblige à une évaluation spécifique et à l’identification du risque de chronicisation, laquelle est provoquée par un certain nombre de facteurs, au premier rang desquels figurent les facteurs psychologiques.

Or, des échelles fiables nous permettent désormais de déterminer avec efficacité les patients à risque.

Le Start Back est un outil validé et fiable qui permet de classer les patients en fonction du risque qu’ils présentent à développer une lombalgie chronique. Ce test possède une traduction française validée. Les auteurs rappellent que pour les patient à risque faible, le traitement est orienté vers de l’éducation et l’activité physique. Pour les patients à risque moyen, doit y être adjoint un traitement kinésithérapique. Pour les patients à haut risque, il est nécessaire de développer une approche bio-psycho-social.

Le questionnaire d’Örebro permet d’identifier les patients présentant un risque de développer une incapacité au travail consécutive à ces douleurs. Il s’agit d’un des questionnaires les plus utilisés. Une version courte existe et sa corrélation avec le start back a été démontrée pour la lombalgie, mais pas encore pour les patient sujets aux lombalgies et/ou cervicalgies. C’est ce que se propose de faire cette étude transversale croisée.

Trois cent quinze patients furent inclus et les résultats montrent une corrélation moyennement élevée entre les 2 échelles, mesurée à 70,2%. Ils retrouvent une moins bonne corrélation pour les femmes de plus de 50 ans (corrélation pauvre).

Il est donc important de bien choisir son échelle pour identifier les patients à risque moyen ou élevé à un stade précoce.

Liens

Cet article permet décrit les échelles et leur validation auxquelles les professionnels de santé ont recours pour évaluer les risques de chronicisation chez les lombalgiques. Il appartient aux kinésithérapeutes de s’approprier ces nouveaux outils pour devenir plus performant et prendre une place prédominante dans l’évaluation des lombalgiques chroniques

Positionnement

Ces outils, simples et validés, vont permettre aux thérapeutes une identification rapide et fiable des patients à risque. Ainsi, les patients à risque moyen et élevé, pour lesquels la physiothérapie constitue une thérapeutique efficace et nécessaire, doivent être identifiés à un stade précoce, ce qui permet de maximiser les avantages du traitement, de réduire les méfaits et d’accroître l’efficacité des soins de santé en offrant le bon traitement au bon patient au bon moment.

Ouverture de la Kinésithérapie du Sport à Toulouse

Les inscriptions en Kinésithérapie du Sport sont ouvertes pour la rentrée 2017

Deux nouvelles promotions sont prévues à la rentrée, Paris dans nos locaux à Vitry et aussi Toulouse où nous développons un nouveau centre de formation continue en kinésithérapie.

Plus que jamais, venez apprendre la Kinésithérapie du Sport pour aller sur tous les terrains du monde, notre formation est spécialement axées sur la prise en charge de terrain et la préparation es sportifs à travers un enseignement mixte e-learning et présentiel laissant une grande place à la pratique.

L’expérience de Christophe Mahieu qui coordonne notre équipe vous permettra d’appréhender les spécificités de notre cette partie de notre métier.

Pour en savoir plus …