Invité hier dans le cadre de la journée Kinésithérapie, nous avons présenté en 10 minutes notre vision de la place de l’ergonomie dans l’activité professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes. La table ronde présentait les perspectives d’avenir pour les 15 années à venir. Quelques questions intéressantes se posent et demandent une analyse fine. Il est possible de retrouver les différents exposés sur le site du CIROMK Ile de France et de la Réunion.

Néanmoins ce qui nous a surpris est le public et son âge. Où étaient les jeunes kinésithérapeutes plus concernés par cet avenir de la profession. Sur les 80 personnes présentes (en comptant large), environ 15% étaient des jeunes. Peu donc de diplômés du 21éme siècle. La question fondamentale est donc de s’interroger sur leur absence. Penser l’avenir se fait en composant l’expérience acquise avec porteurs de projets novateurs. Les nouvelles techniques (e-learning, serious gaming) ont été présentées. ITMP s’est déjà projetée dans cette approche novatrice, mais doit aller plus loin. Le directeur de KPTEN a brossé une perspective d’avenir intéressante mais qui risque d’être difficile à mettre en place vu les résistances qui se mettront en place.

Il est clair que les kinésithérapeutes âgés de trente ans ont entre leurs mains le destin de cette profession, mais il faut abandonner la vision que nous en avons aujourd’hui, et repenser totalement à la fois l’activité professionnelle et la formation qui l’accompagne. La recherche en clinique est indispensable, ITMP y songe de plus en plus. Le partenariat avec des universités est incontournable. Notre profession doit se doter de moyens d’analyse et d’objectivation nécessaires à son indépendance. Elle doit se dégager du modèle médical, pour créer son modèle.

En gros, jeunes gens, il y a encore beaucoup à penser et à faire avec et pour vous, mais surtout par vous qui êtes à mes yeux les vraies forces de proposition

G.Barette