Axel Clerget

Axel Clerget – ITMP 2017 Kiné du sport Partage d’expérience La kiné du sport vu par un kiné, sportif de haut niveau quoi de mieux pour partager avec des kinés en formation de sport.  Tous les ans, chaque promo possède son parrain, sportif de haut niveau pour échanger sur les besoins des sportifs que ce…

Lire la suite

De la nécrose et la régénérescence in vivo du muscle squelettique

De la nécrose et la régénérescence in vivo du muscle squelettique
Cette étude présente l’intérêt d’évaluer la nécrose et la régénération in vivo du muscle squelettique chez l’adulte sain, alors que les études antérieures sont principalement basées sur le modèle animal et l’étude in vitro de la myogénèse a permis de déterminer les propriétés intrinsèques et les mécaniques cellulaires du processus. Ainsi, il s’agit de la toute première étude du genre pratiquée in vivo sur 5 sujets adultes sains.

Lire la suite

Les applications pour smartphones dans la lombalgie

Les applications pour smartphones dans la lombalgie ; Positionnement

Thuasne précise que le contact régulier avec un professionnel de santé doit être maintenu. C’est valable pour le patient et pour nous : en tant que kinésithérapeutes, nous sommes des “facilitateurs” d’activité physique pour nos patients.

Un tel outil doit être un support de dialogue, une aide à la pratique et un lien. A nous, professionnels de santé, de proposer une solution adaptée à chacun de nos patients et de le guider sur les exercices et l’activité physique à pratiquer selon son profil, sa pathologie, ses préférences et ses contraintes.

Les applications pour smartphones dédiées aux patients lombalgiques chroniques permettent le self-management de la pathologie et la prise en charge par les professionnels de santé.

Lire la suite
mobilisation vertébrale

Arthrose et lombalgie : existe-t-il un lien systématique ?

Les dernières données anatomiques qui notent une absence d’innervation nociceptive du cartilage articulaire et les études biomécaniques du rachis lombaire en extension amènent à remettre en question certaines idées reçues, devenues un « leitmotiv » trop facilement avancé pour justifier certains échecs thérapeutiques. L’arthrose n’est pas une « sentence » d’algies, du moins tant que l’os sous-chondral ou la synoviale ne sont pas impactés. La perte de liberté articulaire qu’elle peut engendrer donne une place privilégiée aux masseurs-kinésithérapeutes pour proposer des solutions de traitement tant qu’un phénomène inflammatoire ne s’ajoute pas aux signes cliniques. On ne peut plus dire qu’un processus arthrosique découvert à la lecture de résultats radiologiques soit l’explication systématique de la douleur des patients. De nombreuses étiologies autres que l’arthrose peuvent être à l’origine d’une lombalgie. Sa chronicité doit amener le thérapeute à s’interroger sur l’origine centrale potentielle de la douleur ressentie. Il s’agit d’affiner au mieux le bilan diagnostic pour cibler l’étiologie et y adapter une stratégie thérapeutique, en ne se fiant aux imageries et aux examens complémentaires que dans les cas de corrélation radio-clinique.

Lire la suite